Notre histoire

La Confrérie se rattache à l’histoire des très anciens vignobles plantés sur la noble terre de la Vallée des Cygnes, fondation de la ville de Valenciennes, et bien avant, à l’Antiquité, période durant laquelle Civitas Bagacum Nerviorum (Bavay) et tout à côté Fanum Martis (Famars) allaient découvrir pour la première fois la vigne et le vin.

Ce vin est de toutes les pages de l’histoire de la Vallée de l’Escaut, du Comté du Hainaut, de Valenciennes et des Hauts de France. Il est sur les tables des ecclésiastiques et de toutes les fêtes. Le Comte Baudouin l’Édifieur dut le trouver, ma foi, fort à son goût, pour acheter en 1169 aux Religieux de Saint-
Saulve le « Vignoble de la Salle ». Autre lieu, autre vigne, sur le coteau des vins d’aujourd’hui se produisait le « Clos Saint-Ladre », de la maison des  Ladres, béni au XIème siècle par la Pape Bruno lors de la consécration de la chapelle dédiée à Saint Michel-Archange. Aujourd’hui encore (comme en l’an 1361 où sortirent des chais de ce clos St.-Ladre «19 muyds» de vin, soit 43 hectolitres), grâce au savoir et au savoir-faire des personnes en situation de handicap de l’APEI du Valenciennois, le vignoble des Coteaux de l’Escaut, par l’expression de son terroir, offre le plaisir d’une variété de vins typiques que la
Confrérie va s’attacher à faire connaître…

LES RÈGLES ET PRINCIPES
C’est le Grand Connetable, Philippe Mixe, qui les a annoncées. ” La Chevalerie du Vignoble des Coteaux de l’Escaut proclame qu’elle a pour but de faire connaître, aimer tout  ce qui touche à la ville de Valenciennes, à sa vigne et à son vin.” Elle exige de tous la tolérance à l’égard des vins d’autres
terroirs.
Les règles de la Chevalerie interdisent, au sein de notre Confrérie, toute discussion politique ou religieuse ; elle reçoit toute personne libre, quelles que soient ses opinions, dont elle n’a pas à se préoccuper. Notre Confrérie a pour but le bien-être, le bien-vivre, boire du vin modérément, lutter contre l’ignorance sous toutes ses formes, promouvoir les compétences, savoirs et savoir-faire des personnes en situation de handicap, sa vocation se résume ainsi : vivre selon l’honneur, pratiquer la justice, aimer son semblable dans le respect de la différence, travailler au bien des autres, respecter la nature et les êtres vivants, en deux mots, être homme responsable ».