Accueil

NAISSANCE

Samedi 16 septembre, dix heures : dans leurs habits de lumière, en présence de quelque trois cent convives, la Confrérie du Vignoble des Coteaux de l’Escaut, parrainée par la Confrérie des Vins de Suresnes, ouvre son premier chapitre.

NOTRE HISTOIRE

La Confrérie se rattache à l’histoire des très anciens vignobles plantés sur la noble terre de la Vallée des Cygnes, fondation de la ville de Valenciennes, et bien avant, à l’Antiquité, période durant laquelle Civitas Bagacum Nerviorum (Bavay) et tout à côté Fanum Martis (Famars) allaient découvrir pour la première fois la vigne et le vin.

Ce vin est de toutes les pages de l’histoire de la Vallée de l’Escaut, du Comté du Hainaut, de Valenciennes et des Hauts de France. Il est sur les tables des ecclésiastiques et de toutes les fêtes. Le Comte Baudouin l’Édifieur dut le trouver, ma foi, fort à son goût, pour acheter en 1169 aux Religieux de Saint-
Saulve le « Vignoble de la Salle ». Autre lieu, autre vigne, sur le coteau des vins d’aujourd’hui se produisait le « Clos Saint-Ladre », de la maison des  Ladres, béni au XIème siècle par la Pape Bruno lors de la consécration de la chapelle dédiée à Saint Michel-Archange. Aujourd’hui encore (comme en l’an 1361 où sortirent des chais de ce clos St.-Ladre «19 muyds» de vin, soit 43 hectolitres), grâce au savoir et au savoir-faire des personnes en situation de handicap de l’APEI du Valenciennois, le vignoble des Coteaux de l’Escaut, par l’expression de son terroir, offre le plaisir d’une variété de vins typiques que la
Confrérie va s’attacher à faire connaître…

LES RÈGLES ET PRINCIPES
C’est le Grand Connetable, Philippe Mixe, qui les a annoncées.  » La Chevalerie du Vignoble des Coteaux de l’Escaut proclame qu’elle a pour but de faire connaître, aimer tout  ce qui touche à la ville de Valenciennes, à sa vigne et à son vin. » Elle exige de tous la tolérance à l’égard des vins d’autres
terroirs.
Les règles de la Chevalerie interdisent, au sein de notre Confrérie, toute discussion politique ou religieuse ; elle reçoit toute personne libre, quelles que soient ses opinions, dont elle n’a pas à se préoccuper. Notre Confrérie a pour but le bien-être, le bien-vivre, boire du vin modérément, lutter contre l’ignorance sous toutes ses formes, promouvoir les compétences, savoirs et savoir-faire des personnes en situation de handicap, sa vocation se résume ainsi : vivre selon l’honneur, pratiquer la justice, aimer son semblable dans le respect de la différence, travailler au bien des autres, respecter la nature et les êtres vivants, en deux mots, être homme responsable ».

Les personnalités intronisées

SEPTEMBRE 2017

  • Laurent Degallaix Maire de Valenciennes
  • Mr Devimeux Sous Préfet du Nord
  • Bernadette Sopo Maire de la Sentinelle
  • Claude Vanbésien Grand maître de la confrérie Lucullus
  • Marcel Fraudet Grand maître de la confrérie Vins de Suresnes
  • Lahcen Er Rajaoui Président de Nous aussi

NOVEMBRE 2017

  • Alain Bocquet, Maire de Saint-Amand-les-Eaux
  • Fréderic Lecieux, Grand maître de la confrérie Pâtissier du Hainaut
  • JLin Wattier, Grand maître de la confrérie Jenlain
  • Isidore Partouche, Fondateur des Pasino Partouche
  • Pascal Bernard, Président du Lions Club 2017 2018
  • Mohamed Ardoune, Secrétaire général de la Sous préfecture du Nord
  • Antoine de Galzain , Directeur France Bleue Nord

MARS 2018

  • Mme Gallez, Maire de St Saulve
  • Claudine et JLouis Raillard, Vigneron propriétaire à Vosne Romanée
  • Maxime Saintenoy, Travail en ESAT
  • Christophe Willot, Travail en ESAT
  • Cédric Samoleg, Travail en ESAT
  • Patrick Bay, Travail en ESAT

Juin 2018

  • Luc Gateau, Président UNAPEI

Novembre 2019

  • Mme Pépée LE MAT, Animatrice radio
  • Mr Fabien ROUSSEL, Directeur Adjoint Pasino
  • Mr Charles LEROY, Vigneron
  • M. Pierre Michel BERNAR, Médevin ORL
  • Mme Elisabeth GONDY, Présidente de l’Office de tourisme du Valenciennois
  • Mme Valérie TOMSON, Adjointe à la marie d’Anzin

La vie de la confrerie

Notre vin, est-il un vin Bourguignon ?

Les vignes de Valenciennes reprises depuis presque 10 ans par les Ateliers Watteau, APEI du Valenciennois, étaient au commencement, seulement, un Beau Projet Humain. La logique de départ était la valorisation des compétences des travailleurs en situation de handicap, en plus d’étendre les activités de l’ESAT Ateliers Watteau. Mais au fil des années, c’est devenu plus qu’un simple et beau projet humain. La renaissance de la vigne de Valenciennes, associe les personnes en situation de handicap, du démarrage de la vigne et tout son travail, en passant par les vendanges, la vinification, l’élevage du vin, la filtration, la mise en bouteille et l’étiquetage. Ils vont de A à Z, et pour ces travailleurs, c’est vraiment valorisant d’aller jusqu’au produit fini. Personnellement je suis fier d’accompagner ces travailleurs. Grace à eux, la cuvée Watteau pour le blanc, la cuvée des Dentelières pour le rouge et la cuvée rosé de la Vallée des Cygnes, se sont imposées au fil des années, par les travailleurs et encadrants, qui se sont formés à l’Ecole de Viticulture de Beaune. Les travailleurs en situation de handicap ont même reçu des diplômes, démontrant, s’il en était encore besoin, la nouvelle passion de ses hommes et femmes dont le but commun est de faire un vin d’exception.

« Parce que la différence n’exclut pas la compétence »

Le vin de Valenciennes, a pour but de faire travailler des personnes en situation de handicap, oui, mais pas seulement. Il porte haut l’image de l’APEI du Valenciennois, l’image de Valenciennes, l’image du Département et de la Région montrant des travailleurs comme les autres, formés et passionnés. Ce n’est pas seulement également la mise en valeur du patrimoine, c’est un tout, où tout le monde est gagnant, qui ne marche qu’à une seule condition : faire un vin d’excellence !

Mais cet élixir fait de la passion et du travail des hommes est-il un vin Bourguignon ?

Pour le savoir intéressons-nous déjà à l’histoire…

Figure 1Marguerite III de Flandre Duchesse de Bourgogne

La Flandre, Le Nord de la France, Valenciennes et la Bourgogne dans l’histoire :

Marguerite de Flandre, est la fille de Marguerite de Brabant et de Louis de Male. Marguerite III de Flandre naît le 13 Avril 1350, héritière des Comtés de Flandre, d’Artois et de Rethel.Elle deviendra très vite duchesse de Bourgogne. Elle n’a que 7ans lorsqu’elle est mariée à Philippe de Rouvre, seigneur de Rouvres-en-Plaine mais aussi duc de Bourgogne par héritage de son grand-père Eudes IV, décédé en 1349. La jeune mariée a 10 ans. La cérémonie a lieu à Saint-Vaast, aujourd’hui La Louvière, en Belgique, le 14 Mai 1357, et les deux enfants regagnent ensuite leurs familles respectives. Mais en 1361, la présence de la duchesse Marguerite de Bourgogne est demandée. En mars, Philippe et sa cour viennent la chercher en Arbois. Le retour en Bourgogne, entamé en juillet, leur fait traverser des territoires où une épidémie de peste fait des ravages. Ils arrivent à Rouvres-en-Plaine fin Octobre, mais hélas, touché par la maladie, Philippe meurt le 21 novembre, à l’âge de 15 ans. La jeune veuve devient duchesse douairière de Bourgogne.

Pour éviter que Marguerite n’épouse le duc d’York comme le souhaite son père, faisant passer ses fiefs sous tutelle anglaise, le roi de France Charles V propose de la marier à son frère, le duc de Bourgogne Philippe le Hardi. Les négociations avec le père de Marguerite sont longues avant qu’il n’accepte, moyennant la restitution de quelques terres et la jolie somme de 200 000 livres tournois.

Le mariage a lieu le 19 juin 1369, à Gand (Belgique). A 19 ans, Marguerite est duchesse de Bourgogne pour la seconde fois. Les terres de Flandres entrent dans l’escarcelle bourguignonne mais la révolte gronde; Philippe le Hardi doit batailler. Après sa victoire lors de la bataille de Roosebeke, il amène à Dijon le célèbre Jacquemart de Courtrai qui orne Notre-Dame.

Certains textes rapportent qu’à la demande de Marguerite, qui en raffolait, le Duc aurait rapporté à Dijon l’ancêtre du pain d’épices, le boichet, et le talentueux artisan de Courtrai qui le fabriquait. Marguerite est décédée à Arras, le 16 mars 1405.

« Christian GUILLEMOT », journal du Bien Public.

On s’aperçoit à travers ces quelques lignes que la Flandre dont les frontières de l’époque étaient largement élargies, descendait sur le Nord Pas De Calais, Lille et Valenciennes, qui ont fait partie intégrante plusieurs fois de l’histoire de la Bourgogne.

Pourtant, malgré l’histoire, peut-on dire maintenant que le vin de Valenciennes est un vin Bourguignon ?

Pour en être sûr, regardons maintenant ces fameux plants de vigne d’un peu plus près…

Les cépages des Coteaux de l’Escaut, de la Bourgogne et le travail de la vigne

La vigne des coteaux de l’Escaut a 2 des principaux cépages de la Bourgogne :  Le Pinot Noir et le Chardonnay.

Figure 2 Pinot Noir

-Le Pinot Noir a fait, depuis la création du vignoble bourguignon, la renommée de ses vins rouges. Maintenant ce cépage de noble race a de nouveaux beaux titres de gloire, car en plus de la Bourgogne et de la Champagne, il s’épanouit à Valenciennes, en rouge et en rosé.

-Le Chardonnay est aussi, depuis des siècles, un cépage bourguignon. On lui doit la renommée des grands vins blancs de la Côte-d’Or, de la Côte Chalonnaise, du Mâconnais et du Chablisien et aujourd’hui également de Valenciennes.

Les travaux de la vigne : défonçage, démontage, taille, brulage des sarments, buttage sont rigoureusement les même dans les deux régions (Nord-Pas-De Calais et Bourgogne).

Pourtant, malgré l’histoire, les cépages et le travail de la vigne, peut-on dire enfin que le vin de Valenciennes est un vin Bourguignon ?

La vinification nous en donnera t’elle l’explication?

La vitrification

En Vinification, chaque Maître de Chai passionné a sa conception, sa façon de faire, montrant qu’il y a « mis sa patte » comme on dit dans le jargon bourguignon.

Je suis Maître de Chai à Nuits Saint Georges en Côte d’Or et Maître de Chai Bénévole à Valenciennes. J’ai depuis 10 ans toujours fait la même vinification à Valenciennes qu’en Bourgogne.

Pour le Chardonnay : macération pelliculaire pré fermentaire de courte durée à froid (8-10°C), pressurage doux, débourbage en gardant les lies fines, fermentation en cuve avec maîtrise des températures.

Pour le Pinot Noir : égrappage, macération des raisins en cuve ouverte, pigeages et remontages harmonieusement pratiqués, toujours avec maîtrise de la température, jusqu’à la fin de la fermentation alcoolique, décuvage et élevage en cuve et en pièce.

Pour le rosé : utilisation de la partie du pinot noir restant, avec macération pelliculaire à froid à 8-10°C de très courte durée pour ne pas trop le colorer, pressurage direct doux par palier avec toujours la maîtrise des températures jusqu’à la fin de fermentation alcoolique.

Pourtant, malgré l’histoire, les cépages, le travail de la vigne et la vinification, peut-on dire maintenant que le vin de Valencienne est un vin Bourguignon ?

Le terroir pourra t’il enfin nous donner l’explication tant attendue?

Les trois terroirs du Clos Vougeot

Pour le savoir, il faut en trouver la définition, qui n’est pas si évidente qu’il n’y paraît, et plus spécifiquement le terroir viticole.

Même si le mot vient du latin « territorium », signifiant territoire, souvent réduit à un argument de vente « produit du terroir », cette notion est souvent associée à celle de terre, de localité, d’espace de production agricole délimitée. En réalité, les éléments essentiels du terroir sont: le sol, le climat, la topographie et le vigneron.

Le sol: Chaque type de sol donne au raisin puis au vin fini des caractéristiques différentes.

– Siliceux favorise la finesse, des notes subtiles et florales.

– L’argile donne des vins plus « durs », plus fermes, puissants et alcoolisés, mais aromatiques.

– Le calcaire donne de la rondeur, de la souplesse, des notes minérales, florales et fruitées.

Le climat : Conditionne la croissance et la maturité du raisin: pluviométrie, vents, ensoleillement et température

La topographie: Les sols de coteau sont généralement plus pauvres que les sols de plaine. La vigne y est donc moins vigoureuse, le rendement plus faible, mais de plus grande qualité.

Le vigneron: joue bien sûr un rôle important puisque c’est lui qui détermine le choix des parcelles, prend soin du sol et choisit la meilleure période pour les vendanges. La date et l’ordre de récolte est défini également par le vigneron en fonction du suivi de maturité et de l’état physiologique de la vigne.

La définition du terroir par l’Organisation internationale de la vigne et du vin, en 2010:

« Le terroir vitivinicole est un concept qui se réfère à un espace sur lequel se développe un savoir collectif des interactions entre un milieu physique et biologique identifiable et les pratiques vitivinicoles appliquées, qui confèrent des caractéristiques distinctives aux produits originaires de cet espace. Le terroir inclut des caractéristiques spécifiques du sol, de la topographie, du climat, du paysage et de la biodiversité, »

Tout cela fait-il que notre vin est un vin Bourguignon?

Je choisirai de dire non,

Principalement pour le climat, 500 Kms séparent la Bourgogne actuelle de Valenciennes, même si avec le réchauffement climatique on s’approche du climat de la Bourgogne. Je ne parlerai pas non plus, d’espace de production limité, qui est très réglementé déjà pour la Bourgogne proche.

Pour essayer de vous l’expliquer différemment, je choisirai 2 villages de la côte de Beaune : Meursault et Monthelie. Ils ne sont séparés que par un chemin et pourtant même si ces 2 appellations sont exceptionnelles, chacune a son propre terroir. Même si les vins ont un air de famille, leur sol est différent, la dégustation le montre bien, le meursault est en bouche très consistant avec un moelleux abondant qui touche à l’onctuosité et une très longue persistance en bouche. Le Monthelie amande fraiche au nez, grand moelleux en bouche relevé par une acidité qui signe les grands vins. Deux très jolis vins mais tellement différents, démontrant, que de chaque côté d’un simple chemin on a un vin si dissemblable, principalement par son terroir, alors que dire de 500km de distance avec la Bourgogne. La typicité d’un vin est supposée refléter le terroir, d’où son authenticité. De fait, le vin de Meursault est spécifique et ne ressemblera jamais au vin de Monthelie.

Je le répète, le vin de Valenciennes ne sera jamais un vin Bourguignon. Il a sa propre typicité, associé à son sol, à son climat, au cépage, à l’histoire et aux différents savoir-faire de ce terroir. On s’aperçoit au fil de ces lignes, que ce vin est unique, malgré une histoire en partie commune, des cépages et une vinification identique, fait par le même homme. Les romains à leur époque, l’avaient bien compris : ils avaient choisi ce site non pas au hasard mais bien pour ses notes minérales, florales et fruitées. C’est la typicité des vins issus du terroir des coteaux de l’Escaut qui en fait un vin tout à fait exceptionnel.

Eric De La Broise, Maître de Chai